Image default

Rénovation électrique : les normes à connaître

Réaliser une rénovation électrique est nécessaire si l’on veut s’assurer de la sécurité de l’installation. Pour que les travaux soient réalisés dans les règles de l’art, vous devez vous conformer à la norme.

Les travaux d’électricité chez un particulier sont ainsi régis par la norme NF C 15-100. Cette norme donne plusieurs instructions sur le déroulement des travaux et les règles sur la réalisation et l’entretien des installations.

Elle pourra également concerner le standard à suivre sur les équipements électriques comme les prises de courant ou les points lumineux. Afin d’y voir plus clair, nous allons voir tout ce qui concerne cette norme dans le cadre d’une rénovation électrique.

Le contexte réglementaire de la loi NF C 15-100

D’une manière générale, la norme est mise en place de manière à ce que toutes les installations électriques soient sur le même pied d’égalité.

Celle-ci encadre et donne la règlementation à suivre pour la réalisation des travaux. Parmi les objectifs de cette obligation, on relève notamment la sécurité. Respecter la norme vous donne donc la possibilité de protéger vos biens ainsi que les occupants du logement.

La première norme sur la rénovation d’une installation électrique est apparue en 1911 sous le nom de C11. Au fil des années, son nom devient NF C11, puis USE 11 et enfin NF C 15-100.

Cette dernière appellation a été choisie en 1956 et elle est encore mise en vigueur jusqu’à présent. Les obligations concernent les installations électriques dans la construction de logements neufs et dans le cadre d’une rénovation.

Le contexte de la norme NF C 15-100 se transforme en fonction de l’évolution technologique et technique. L’évolution des besoins en électricité de la population est également prise en compte afin de trouver des nouvelles dispositions.

Cela pourrait être l’augmentation du nombre d’appareils électriques et ménagers utilisé par un foyer. Des amendements sont ainsi ajoutés au texte d’origine lors de son actualisation.

norme électrique

Les dispositions stipulées par la norme NF C 15-100

Les dispositions de cette norme sont mises en place pour éviter les préjudices comme les brûlures ou l’électrocution. Nous allons donc exposer ci-dessous les grandes lignes des règlements imposées par la norme NF C 15-100.

Tout d’abord, il est primordial de fournir le schéma de l’installation. Ensuite, chaque point d’utilisation doit être relié à une prise de terre même si vous n’allez pas l’utiliser.

Ce fil diminue les risques d’électrisation. Il assure donc une sécurité complémentaire. Sur l’ensemble de l’installation, il existe des codes couleurs qui doivent être respectés sur chaque câblage.

Le neutre est en bleu alors que le câble de terre est en vert ou en jaune. Toutes les couleurs sont permises sur la phase à part le bleu, le vert et le jaune.

D’après cette norme, il est nécessaire d’alimenter chaque départ de circuit sous protection différentielle. Les conducteurs de section 1,5 mm² ont besoin d’un disjoncteur de 16 A ou d’un fusible de 10 A.

Pour les conducteurs de section 2,5 mm², le disjoncteur nécessaire est de 20 A. Il est également possible de l’équiper avec un fusible de 16 A. L’intensité indispensable est de 32 A pour des conducteurs de section 6 mm² que ce soit pour un disjoncteur ou un fusible.

Puis, la présence d’une boîte de connexion est obligatoire pour le départ et la fin de tout conduit d’installation électrique. Cela concerne le tableau électrique, la boite de dérivation, le boitier sailli, le boitier encastré ou encore le boitier à placo.

Normalement, les appareillages à griffes sont interdits sur une construction neuve. Il est obligatoire d’utiliser des vis. Mais s’il s’agit d’une rénovation électrique, il est possible de garder les griffes si le boitier ne permet pas l’emplacement de vis de fixation.

À noter que toutes les prises de courant doivent être constituées de 2 pôles et d’un fil de terre. Ce dernier doit être équipé d’un obturateur de protection enfant. Dans une salle de bain, une prise de courant doit être éloignée d’un point d’eau d’une distance minimum de 0,60 m.

De même, une distance de 2,25 m est obligatoire entre un appareil électrique et une baignoire ou une douche. Il est important de préciser que cela ne concerne pas le chauffe-eau à accumulation et les appareils électriques qui portent la mention IP x 3.

Par ailleurs, un équipement électrique doit être équipé de 4 circuits spécialisés. Le premier circuit sera dédié aux plaques de cuisson. Vous avez le choix entre le four, le lave-vaisselle, le lave-linge ou le congélateur pour les 3 autres circuits.

Depuis 2015, chaque habitation doit être équipée d’un détecteur de fumée.

Enfin, il existe des dispositifs particuliers à suivre dans le cas où les radiateurs chauffent. Il est notamment recommandé d’adapter la puissance des appareils électriques avec la section des conducteurs en cuivre.

Sachez qu’il existe encore d’autres dispositions imposées pour une rénovation électrique. Il est donc mieux de s’adresser directement à un professionnel pour être sûr de la conformité de votre installation à la loi.

Le contrôle d’une installation électrique

Une fois que la rénovation de votre installation électrique est effectuée, celle-ci doit être contrôlée par un expert. Celui qui se charge d’effectuer cette tâche est un agent du Consuel. Consuel veut dire Comité National pour la Sécurité des Usagers et de l’Électricité.

Après le contrôle, cet organisme doit vous délivrer une attestation de conformité. Cette dernière est exigée par le distributeur électrique lors de votre demande pour mettre en service votre compteur et pour raccorder votre habitation.

Vous devez savoir que réaliser un contrôle est de rigueur si vous mettez en vente un logement qui comporte une installation électrique existant depuis plus de 15 ans. Ce document sera valide durant 3 ans.

Lors de ce contrôle, l’agent va s’assurer de la sécurité de l’installation ainsi que la mise en conformité par rapport à la norme NF C 15-100 pour la France.

Pour l’Europe, il s’agit de la norme CE. Une rénovation électrique, qu’elle soit partielle ou totale, doit ainsi être réalisée par un professionnel.

Quel est le prix d’installation d’une prise téléphonique : coût moyen et tarif de pose

IDCompteVic1

À savoir sur l’utilisations de l’argon

Joseph de Montny

Comment un architecte d’intérieur conçoit-il le système d’électricité ?

Joseph de Montny

Laissez une réponse à