Image default

Et si vous deveniez carreleur ?

A vous qui faites partie du nombre croissant de personnes lassées de leur activité professionnelle, ou qui ne savent dans quelle voix s’orienter : pourquoi ne pas devenir carreleur ? En effet, le métier de carreleur mosaïste a le vent dans le dos en ce moment, en raison d’une forte de demande qui peine à trouver des débouchés. Il regroupe des professionnels du bâtiment spécialisés dans le revêtement de sols et de murs, capables de travailler pour cela différents types de matériaux. Voici un rapide état des lieux des compétences requises pour devenir carreleur, des formations existantes et des salaires proposés.

Les qualités et les compétences requises pour devenir carreleur

Dans un premier temps, il faut comprendre que devenir carreleur suppose de posséder certaines compétences et qualités, dont la plupart peuvent cependant s’acquérir en suivant la formation adéquate. Le bon professionnel se doit tout d’abord d’être minutieux, précis et d’avoir le sens du détail pour garantir une pose impeccable. La maîtrise des outils et des techniques de pose est également indispensable. Pour toutes ces raisons, une bonne condition physique est donc requise.

Le carreleur doit également posséder des compétences en géométrie pour réaliser des découpes précises. D’autre part, une bonne connaissance des matériaux est essentielle pour choisir le bon type de carrelage en fonction de l’usage et de l’esthétique souhaitée. Pour en apprendre davantage sur le métier de carreleur, il peut être judicieux de consulter une plateforme telle qu’Olecio, spécialisée dans l’information sur les métiers et les différentes formations existantes.

Quelles sont les principales formations débouchant sur la profession de carreleur ?

Car il y a plusieurs types de formations qui permettent à terme de devenir carreleur. Le CAP « carreleurs mosaïstes » est probablement le diplôme le plus court. Mais pour les personnes ayant pour but d’obtenir un niveau bac, le brevet professionnel « peintre applicateur de revêtement » et le bac pro « aménagement-finition du bâtiment » seront sans doute les formations les plus pertinentes.

Au niveau bac + 2, on trouve le BTS « aménagement-finition du bâtiment ». Enfin, pour un niveau bac + 3, la licence pro des métiers du BTP est un cursus idéal. Il est à noter que si les carreleurs peuvent exercer dans une entreprise ou en tant qu’indépendant avec un CAP, Wikipedia carreleur nous apprend que les formations de niveau bac et post bac offrent de meilleures perspectives de carrière.

A lire :   5 avantages d’un logiciel de suivi de chantier pour les entreprises du bâtiment

carreleur

Les rémunérations touchées par le carreleur professionnel

En effet, le diplôme possédé par le carreleur déterminera en partie le montant de sa rémunération. Mais il n’en est évidemment pas le seul facteur. Ainsi, le salaire d’un carreleur dépendra aussi de sa région d’exercice et de son statut professionnel. En France, un artisan débutant peut espérer toucher un salaire de 1 400 €, qui peut évoluer jusqu’à 2 600 € avec l’expérience, quand il sera davantage en mesure de savoir quel revêtement de sol utiliser en fonction d’un contexte donné.

Si vous décidez en revanche de devenir carreleur en tant qu’auto-entrepreneur, vos revenus pourront varier entre 3 100 € et 4 100 € par mois : ce statut offre un potentiel de revenus plus élevé à moyen et long terme. Mais évidemment, il est souvent recommandé de débuter votre carrière dans le carrelage en tant qu’apprenti ou salarié, et d’apprendre des meilleurs avant de vous lancer à votre compte.

Le suivi de chantier BTP en 7 étapes-clés

Maël Migneault

Ordre des architectes : comment savoir si un architecte est inscrit

Le métier de coordinateur SPS : formation, mission sur un chantier et salaire

Marie Héléne Girauard

Laissez une réponse à