Image default

Comment réaliser la mise aux normes de votre installation électrique ?

Les installations électriques actuelles sont conformes à la norme NF C 15-100. Celle-ci énonce un certain nombre de dispositions relatives aux équipements essentiels d’une habitation et à l’emplacement de chacun d’eux. Si votre installation électrique est incomplète ou bien obsolète, alors il faudra procéder à la mise aux normes en faisant appel à un professionnel.

L’importance de la mise aux normes de votre installation électrique

Les installations qui répondent aux normes sont à l’abri des surchauffes et des risques d’incendie. En réalité, dans les habitations, de nombreux incendies sont causés par un réseau électrique de mauvaise qualité.

D’autre part, le câblage est essentiel dans les installations électriques, car ce sont les fils qui transportent le courant. Les fils plus anciens sont généralement plus fins et peuvent ne pas être compatibles avec les appareils modernes. Il n’est par ailleurs guère prudent de brancher différents appareils à différentes prises, mais reliés à une même ligne.

Par conséquent, la mise aux normes désigne également la modernisation des câbles électriques.

mise aux normes électrique

Comme le rappelle Monsieur Rey, les installations électriques obsolètes ne sont pas couvertes par les assurances. Vous ne serez ainsi pas indemnisé en cas de sinistre. C’est encore une autre raison de réaliser une mise aux normes de votre installation électrique.

Notez aussi que la modernisation est synonyme de confort et de commodité, surtout lorsqu’il s’agit d’installations électriques. Pour être pratiques, les équipements modernes nécessitent des installations performantes.

Quelles sont les mises à niveau que vous pouvez effectuer ?

Il existe plusieurs mises à niveau que l’électricien peut effectuer dans le cadre de la mise aux normes des installations électriques.

Alimentation générale et mise à la terre

Pour mettre aux normes l’installation électrique de votre habitation, le professionnel commence par vérifier l’alimentation générale. Cela peut être par exemple l’occasion de passer à un tableau électrique monophasé.

L’installation doit également être équipée d’un disjoncteur général 60 A conforme à la norme NF C 14-100. Le raccordement du tableau électrique à partir du disjoncteur général ainsi que la section de câblage électrique doivent aussi respecter la norme NF C 15-100.

A lire :   Comment un architecte d'intérieur conçoit-il le système d'électricité ?

Les tableaux électriques

Certains panneaux électriques anciens peuvent présenter un risque élevé de chocs électriques ou de dommages. Il s’agit par exemple des coffrets sans prise à la terre, de ceux comprenant des porte-fusibles à broche ou bien des panneaux mal dimensionnés ou mal installés. Si un coffret ne se conforme plus aux exigences de sécurité actuelles (la norme électrique NF C 15-100), le tableau électrique doit être remplacé.

S’il s’agit d’une mise aux normes complètes, il est possible d’installer un tableau dans la GTL (ligne technique de logement) et un boîtier de contact relié à des prises RJ45 à travers un réseau de communication en étoile.

Les modules du tableau électrique

La mise en conformité d’un tableau électrique doit être combinée à une vérification de ses composants. Parmi les modules obligatoires, on peut citer :

  • les interrupteurs différentiels (au moins un type A et un type AC) installés en haut du tableau pour une certaine protection,
  • les disjoncteurs divisionnaires pour protéger les éléments de chaque circuit,
  • les parafoudres (recommandés ou obligatoires selon les régions).

Pour des raisons de commodité ou pour réaliser des économies d’énergie, il est possible d’ajouter d’autres modules. On peut citer le télérupteur, le contacteur jour/nuit, la prise modulaire, le télévariateur, etc.

Comment choisir le bon électricien pour votre mise aux normes ?

Pour la mise aux normes de vos installations électriques, vous devez choisir un électricien fiable et qualifié.

À cet effet, nous vous conseillons de vérifier les compétences et les références (clients précédents et chantiers). Questionnez le professionnel ou recherchez des informations en ligne.

Prenez également le temps de vérifier les coordonnées de l’entreprise d’électricité, notamment si elle est inscrite à la Chambre de commerce et d’industrie ou au Répertoire des métiers. De nombreux professionnels sont aussi membres de la Chambre syndicale des électriciens. Certains d’entre eux ont aussi le statut RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) qui donne accès à des aides financières pour certains travaux électriques. La certification de l’électricien peut d’ailleurs être vérifiée sur Qualifelec.

Vous pouvez vérifier la fiabilité de l’entreprise sur le site d’Infogreffe. Toutes les données sont y enregistrées, notamment la date de création, le chiffre d’affaires de la société…

Enfin, avant d’engager un électricien, demandez des certificats d’assurance et des garanties, comme l’assurance responsabilité civile et la garantie décennale. À la fin du projet, il engage sa responsabilité pendant un an avec la garantie de parfait achèvement.

À propos de l’attestation de conformité électrique (Consuel)

Après les travaux, il peut être utile de prouver qu’il ne s’agit pas d’une simple rénovation électrique, mais d’une mise en conformité à la norme NF C 15-100. Dans ce cas, pensez à contacter le Consuel (Comité national pour la Sécurité des Usagers de l’Électricité). C’est le seul organisme qui peut délivrer une attestation de conformité électrique.

A lire :   Comment détecter le méthane

Cette attestation est nécessaire pour les constructions neuves, les extensions ou pour rétablir le courant d’un chantier, d’une rénovation. Si vous n’êtes concerné par aucune de ces situations, alors l’obtention du Consuel n’est pas obligatoire. Ce certificat garantit cependant la conformité de votre installation électrique et peut constituer un argument important lors d’une vente immobilière.

Le coût de la modernisation de votre installation électrique

Le prix de la modernisation de votre installation électrique dépend de l’ampleur des travaux.

Si la remise aux normes concerne le tableau électrique, alors vous devez prévoir entre 300 et 1 200 euros. Toutefois, si vous devez remplacer l’ensemble du tableau électrique, le coût sera légèrement plus élevé, à savoir environ 1 300 euros.

L’installation électrique doit être contrôlée régulièrement et des travaux mineurs doivent être effectués si nécessaire. Une remise aux normes totale de l’installation électrique coûtera entre 80 et 100 euros par mètre carré (hors TVA). Ce prix dépend des matériaux choisis, de la complexité des travaux et de votre localisation. Il est recommandé de demander plusieurs devis pour trouver le prix le plus intéressant.

Pour vous donner une idée plus précise du coût de la mise aux normes électrique, pour une maison de 120 mètres carrés, le budget est compris entre 9 600 et 12 000 euros.

Pour votre sécurité et celle de votre famille, votre installation électrique doit répondre aux normes les plus récentes. Toutefois, même si certains travaux peuvent facilement être réalisés par vous-même, il est conseillé de faire appel à un professionnel lorsqu’il s’agit d’électricité.

Le partenaire des professionnels de la rénovation énergétique : conseil et formation

Comment réagir en cas de pannes sur vos appareils électroménagers ?

Maël Migneault

Comment détecter le méthane

Marie Héléne Girauard

Laissez une réponse à