Image default

Comment préparer votre sol pour la pose d’un parquet contrecollé ?

La préparation du sol est une étape incontournable pour la pose d’un parquet contrecollé. Même si les nouveaux systèmes d’assemblage facilitent l’utilisation de ce type de parquet, la préparation du support influe considérablement sur le résultat final.

Assurez-vous que le sol est plan : devez-vous ragréer ?

Pour savoir si votre sol est plan ou s’il nécessite un ragréage, commencez par l’observer en vous plaçant au ras du sol. Si des irrégularités sont détectées, grattez-les avec une spatule. Posez ensuite à différents endroits une règle en aluminium de 2 m et mesurez l’espace entre la règle et le sol : si ce décalage est inférieur à 7 mm, vous n’avez pas besoin de procéder au ragréage.

Pour une remise à niveau modérée (entre 7 et 9 mm), un mortier autolissant et une règle de nivellement devraient suffire à réparer les défauts. Par contre, pour les remises à niveau plus importantes, il vous faudra au minimum un mortier de nivellement. Nous vous recommandons de passer deux couches puis d’égaliser avec la règle de nivellement.

Il peut arriver que le sol soit vraiment très inégal. Dans ce cas, une chape de ciment sera plus adaptée. Cette solution un peu plus complexe peut nécessiter l’intervention d’un professionnel. Par ailleurs, vous ne devez jamais ragréer un sol humide. Si vous repérez des signes d’humidité, n’hésitez pas à contacter un spécialiste pour un diagnostic.

Nettoyez parfaitement le sol en vue de la pose du parquet

Après l’étape de ragréage du sol, vous devez encore vous assurer que celui-ci est propre avant de commencer à poser votre parquet contrecollé. Il faut noter que le fait de nettoyer un plancher avant la pose d’un parquet contrecollé représente une étape incontournable si vous souhaitez que les lames adhèrent parfaitement au sol.

préparer nettoyer sol plancher parquet contrecollé

Pour ce faire, procédez à un dépoussiérage minutieux à l’aide d’un aspirateur, notamment si vous venez de retirer une moquette. De même, si votre sol présente des résidus de colle laissés par un ancien revêtement, vous devez les retirer soigneusement. Procédez aussi, si nécessaire, à un dégraissage avec du liquide vaisselle puis rincez à l’eau tiède.

La sous-couche, une étape pas toujours obligatoire

La pose d’un parquet contrecollé n’exige pas systématiquement le recours à une sous-couche, sauf si votre logement se trouve dans un immeuble en copropriété situé à l’étage. Cette solution constitue un moyen de garantir une excellente isolation phonique et de respecter les autres résidents. Dans le cas d’une habitation individuelle, elle n’est donc pas essentielle.

A lire :   Dalle moquette Balsan : le savoir-faire français

La plupart du temps, votre sous-couche se présente sous forme de rouleau. Pour la mettre en place, il vous suffit de dérouler le rouleau perpendiculairement aux lames du parquet et de le faire remonter contre les murs.

Nous vous recommandons d’acheter plus de sous-couche que nécessaire pour ne pas en manquer. Au terme de la pose du parquet, vous pourrez toujours couper l’excédent de sous-couche. Faites chevaucher les bandes, puis maintenez-les ensemble à l’aide d’un ruban adhésif en aluminium pour limiter les risques de fuite.

Il faut noter qu’il existe de nombreux types de sous-couches : la sous-couche en liège, les sous-couches en mousse et les modèles en aluminium. Chacun d’eux se caractérise par des propriétés et des avantages spécifiques.

Les tendances en matière de revêtements de sols et de murs : styles et matériaux

Chiara de Pélauquin

4 choses que vous devez savoir avant d’acheter un parquet en bois

Quel est le prix d’un béton ciré : coût moyen et tarif de pose

Marie Héléne Girauard

Laissez une réponse à